Roger Vivier à Toronto: Une Exposition de Taille

> Retour au blogue

Jeudi 20 septembre 2012

Roger Vivier à Toronto: Une Exposition de Taille

 

            « Le rêve aux pieds, c’est commencer à donner de la réalité à ses rêves » a dit Roger Vivier, un des créateurs les plus influants du 20e siècle.

            Le rêve, c’est ce que l’on ressent très vite en arrivant à l’exposition «Roger Vivier, Proccess to Perfection» au Musée de la chaussure Bata, à Toronto.  Dans une ambiance débordante de féminité et de douceur, on se croirait dans un salon privé de l’Avenue Montaigne.  Plusieurs modèles parés de délicates broderies, somptueuses perles, plumes et fourrures vous feront saliver... Les souliers créés par Roger Vivier sont de véritables oeuvres d'art.

            Le designer aura marqué l’histoire de la mode avec ses  talons « virgule » et  « choc »  qui ont révolutionné la chaussure féminine.

         Vivier étudie d'abord en sculpture aux Beaux Arts de Paris au milieu des années 20.     Ensuite, dès le début des années 30,  il dessine des chaussures pour différentes maisons, dont Delman aux États-Unis mais il doit mettre fin à ses activités à cause de la Guerre. 
             Vivier quitte la France pour les États-Unis en 1941  où il ouvre une boutique à New York  avec la styliste Suzanne Rémy.

            À la fin de la guerre,  il rentre à Paris et rencontre Christian Dior, ce dernier ayant beaucoup d'admiration et de respect pour le vif talent de Vivier. Par l'entremise de Delman, ils signent un contrat d’exclusivité.

           Cette collaboration sera fructueuse pour les deux créateurs: ils s'inspirent mutuellement.  On retrouve d'ailleurs le croquis d'une robe Dior inspirée par le col d'une chaussure de Vivier. Dès ce moment charnière, le nom de Vivier apparaît sur les chaussures  de Dior,  un honneur que le couturier n’avait jamais fait à personne.

            Ce n'est que plus tard que Vivier ouvre sa propre boutique et concevra des chaussures pour de nombreux couturiers. Pour Yves Saint Laurent, il crée les chaussures à boucle à petit talon qui sont inspirées des chaussures masculines du 18e siècle, les Belles de jour, portées par Catherine Deneuve dans le film culte du même nom. Ce sera son plus grand succès.

            Aussi, des bottes en vinyle on été portées par Diana Vreeland, la célébrissime éditrice du Vogue américain qui était une grande admiratrice du créateur.

            On retrouve à travers l’exposition de somptueux modèles, dont des cuissardes incrustées de pierres et des bottines faites de dentelle fine, perles, broderies argentées et agrémentées d’un joli ruban de soie.  Selon moi, elles symbolisent le rêve aux pieds.

            Par contre, il semblerait que Vivier privilégiait plus la beauté que le confort.  Un collègue aurait déclaré à une cliente qui se plaignait de l’inconfort et de la fragilité  de ses chaussures : «Mais madame, vous les avez portées!»

            À la fin de sa vie, Vivier se consacre à l’art en créant, entre autres choses,  des collages sur papier. Ces œuvres se retrouvent d’ailleurs dans la collection permanente du Musée de la chaussure Bata.

            Aujourd'hui, quatorze ans après sa mort, sa marque est toujours convoitée.   Bruno Frisoni assure la direction artistique et Inès de la Fressange agit comme ambassadrice de marque. On  retrouve les collections les plus récentes sur la page Facebook de Roger Vivier.

 

 

Jusqu’au 7 avril 2013.