Le blog de en-mode-responsable

Un temps des Fêtes écolo: emballer ses cadeaux avec du tissu!

Un temps des Fêtes écolo: emballer ses cadeaux avec du tissu!

Jeudi 01 décembre 2016

 

Tout au long de l’année, notre conscience verte se fait aller les méninges pour poser au quotidien des petits gestes écolos qui, une fois additionnés, peuvent avoir un impact immense! Alors, pourquoi prendre une pause le temps des Fêtes venu? Il y a moyen de repenser certaines conventions, qui mènent trop souvent à la surconsommation, avec un brin de créativité. Une des plus importantes – et la plus amusante à remixer selon nous – est l’emballage-cadeau!

 

Cette année, on laisse tomber le papier et on opte pour une solution beaucoup plus eco-friendly: le tissu.

 

 

Furoshiki: l’art d’emballer avec du tissu

 

La technique la plus répandue pour emballer ses présents avec du tissu est sans contredit le furoshiki, méthode traditionnelle empruntée aux Japonais.

 

Ce procédé, qui consiste à plier un carré de tissu pour y envelopper un objet, est apparu au pays du Soleil levant
il y a plus de 1200 ans. La tradition nippone a pris une ampleur mondiale
au cours des dernières années, entre autres grâce à une campagne publicitaire environnementale du gouvernement japonais visant à souligner l’aspect durable de la pratique.

 

Le tissu, nettement plus résistant que le papier, peut être réutilisé des dizaines de fois!

 

 

3 astuces pour être la pro des emballages en tissu

 

Utilisez la bonne technique. Recherchez «furoshiki» sur Pinterest et vous serez ensevelie sous des dizaines de tutoriels! Des boîtes rectangulaires aux bouteilles
de vin, chaque forme de cadeau requiert sa technique d’emballage bien à elle.


 

Par exemple, pour un petit cadeau comme un bijou, on vous suggère de couper deux carrés de tissu à l’aide d’un ciseau dentelé et de les coller l’un à l’autre avec du ruban adhésif double face. Sécurisez l’ouverture avec un joli ruban en tissu coordonné 
à votre emballage fait maison.

 

 

Choisissez un tissu approprié

 

L’envie d’explorer l’univers du furoshiki vous démange? Assurez-vous de travailler à partir d’un bout de tissu carré, idéalement dans des matières non soyeuses, comme le coton, le lin, le jute ou le velours: elles retiendront mieux les plis et s’avéreront ainsi beaucoup plus faciles à manipuler!

 

Pour avoir l’embarras du choix, rendez-vous sur Etsy, où les commerçants The Link Collective et Japantique ont particulièrement attiré notre attention.

 

 

Personnalisez vos emballages

 

Votre penderie déborde de draps qui ne se marient plus à la déco de votre chambre? Découpez-les en plusieurs carrés e devenez reine du DIY.

 

À l’aide de feutres lavables ou de peinture à tissu, créez un motif unique ou inscrivez les initiales de la personne qui recevra votre cadeau. Misez tout de même sur un design intemporel; le but ultime demeure la réutilisation des mêmes tissus d’année en année!

 

 

Le saviez-vous ?

 

1. De l’Action de grâce au jour de l’An, notre gaspillage augmente de 25 % par rapport aux autres périodes de l’année. En additionnant les restes de nourriture, les sacs de magasinage, les emballages-cadeaux, les rubans et les choux, on obtient un million de tonnes de déchets de plus dans les dépotoirs.

 

2. Si chaque famille réutilisait 60 cm de ruban cette année, les 60 800 km récupérés pourraient servir à faire une boucle autour de la planète entière.

 

3. La moitié de tout le papier utilisé en Amérique sert à emballer et à décorer des produits de consommation. 

 

 

PAR JOELLE PAQUETTE

Noël 2016: 20 idées 100 % locales à moins de 100 $

Noël 2016: 20 idées 100 % locales à moins de 100 $

Jeudi 01 décembre 2016

Êtes-vous en manque d’inspiration pour le temps des Fêtes qui approche à grands pas? Si vous êtes à la recherche d’un cadeau unique et de qualité, ne cherchez plus!

 

On vous propose une jolie sélection d’items made in Quebec, parce que Noël c’est aussi l’occasion idéale d’offrir notre soutien aux artisans d’ici. En encourageant les créateurs et griffes locales, on participe à l’émancipation économique de la province tout en faisant de belles découvertes!

 

Le marché québécois déborde d’idées originales, découvrez notre top 20! >>

 

 

Affiche, Okay, 11.75 x15.75 pouces, 35.00 $, boutiquevestibule.com

 

 

Baume à mains forêt, BKIND, 15.00 $ les 50 g, bkind.ca

 

 

Sac en coton réutilisable, Joannie Houle Art & Illustration, 19.20 $, etsy.com

 

 

Bracelet capteur de rêve en acier inox, Si Simple, 32.00 $, etsy.com

 

 

Tuque 100 % laine avec pompon de fourrure recyclée amovible, Gibou, 73.00 $, gibou.ca

 

 

Fouta à tissage chevron 100 % coton, Famille Nomade, 38 x 79 pouces, 55.00 $, famillenomade.ca

 

 

Boucles d’oreilles barres, Le Cubicule, 54.00 $, etsy.com

 

 

Baume Istanbul à la menthe et au thé vert, Bäum, 12.00 $, baumproduitsnaturels.com

 

 

T-shirt Lentement, Ana Roy, 30.00 $, tailles petit à très grand, anabelroy.com

 

 

Pot à cactus en ciment, KOBO, 35.00 $, cestbeau.co

 

 

Bougie camomille & eucalyptus, La Rose, 27.00 $, cestbeau.co

 

 

Pochette à pois, La petite boîte co, 6.5 x 9 pouces, 30.00 $ ch., etsy.com

 

 

Ensemble de 3 carnets de notes, Petite Papeterie, 32.00 $, mimiandaugust.com

 

 

Sirop pomme concombre lime, Djinn, 15.00 $ les 250 ml, djinnsirops.com

 

 

Sac à dos Namos, Lovan M, 60.00 $, lovanm.com

 

 

Boucles d’oreilles, Le Cubicule, 32.00 $, etsy.com

 

 

Savon fleur de pêcher & agrumes, Dot & Lil, 7.00 $ les 115 g, dotandlil.com

 

 

Collier Sphères et Cubes, Noemiah, 49.00 $ ch., noemiah.com

 

 

Dépose-bijoux, Noemiah, 25.00 $ ch., noemiah.com

 

 

 

 

Mitaines de laine et de fourrure recyclée, Gibou, 89.00 $, gibou.ca

 

 

 

PAR CATHERINE DESLONGCHAMPS

3 initiatives locales à découvrir!

3 initiatives locales à découvrir!

Mercredi 26 octobre 2016

 

1. Le fermier de famille d'Équiterre

 

Entre les mois de juin et d’octobre, le réseau Équiterre nous propose de recevoir des paniers de légumes variés, frais, locaux et biologiques d’une ferme de notre région.

 

Toujours aussi actuel, le projet souligne cette année son vingtième anniversaire!

 

equiterre.org

 

 

2. Cuisine Voisine

 

On aime mitonner de bons petits plats, mais on déteste voir nos restants finir aux ordures? Aucun souci. Née à Montréal en août 2015, la plateforme d’économie de partage Cuisine Voisine rallie les chefs amateurs et les gourmands en manque de temps.

 

II suffit de publier sur le site les clichés de nos muffins choco-banane, de notre potage à la courge ou de notre lasagne maison pour que les intéressés nous en achètent quelques portions.

 

cuisinevoisine.com

 

 

3. BonApp

 

On a acheté des poireaux en grande quantité, mais on doute de notre capacité à les cuisiner tous avant qu’ils ne soient plus propres à la consommation? On en échange tout de suite quelques-uns contre les carottes, asperges ou haricots excédentaires de notre voisin. C’est le principe de l’application BonApp.

 

Basée sur un système de points de chute, elle nous permettra bientôt de donner et de recevoir des fruits et légumes gratuitement en faisant des échanges au sein de notre communauté.

 

Le site n’est pas encore fonctionnel, mais on peut tout de même ajouter notre nom à la liste d’envoi afin d’être informé aussitôt que la plateforme sera prête! 

 

bonapp.ca

Switch & Bitch: consommer autrement entre amies

Switch & Bitch: consommer autrement entre amies

Mercredi 19 octobre 2016

 

Renouveler sa garde-robe sans dépenser un dollar? C'est possible grâce aux soirées Switch & Bitch. Née il y a quelques années aux États-Unis, la tendance a fait des adeptes dans le monde entier, et particulièrement au Québec.

 

Le phénomène y est si populaire qu'on trouve une websérie du même nom, et que l'émission Switch tes fripes, animée par Vanessa Pilon à VRAK, se base aussi sur ce sujet. C'est donc un mouvement qui est là pour rester!

 

Le concept?

 

On se retrouve entre amies autour de quelques verres et bouchées pour «switcher» les vêtements qu’on ne porte plus et «bitcher» gentiment. Le principe n’est pas nouveau, mais prend de l’ampleur auprès de la génération des «milléniaux», particulièrement sensible à l’économie de partage, au troc et au recyclage.

 

Pourquoi organiser une soirée Switch & Bitch?

 

Dans le fond de notre garde-robe, on a toutes une robe, une veste ou un sac achetés sur un coup de tête. On n’a également pas envie de dépenser de l’argent pour un énième costume que l’on portera une seule journée, lors de la fête des petits monstres.

 

Plutôt que de les accumuler inutilement, pourquoi ne pas les échanger? «J’ai toujours eu beaucoup de mal à me départir de mes vêtements, surtout quand ils me rappellent des souvenirs, nous confie Julie Bégin, adepte des soirées Switch & Bitch depuis cinq ans. Mais l’idée de donner mes vêtements à quelqu’un que je connais me plaît beaucoup.»

 

Non seulement la formule nous amène à renouveler notre garde-robe gratuitement, mais elle permet d’oser repartir avec un article qu’on n’aurait jamais pensé acheter.

 

«Au pire, tu le portes une fois et tu le ramènes à la soirée suivante!» explique-t-elle.

 

Comment organiser cette soirée?

 

Le fonctionnement est simple: chaque participante présente ses articles ou laisse le soin à l’animatrice de la soirée de le faire. Quand plusieurs filles veulent la même pièce, elles l’essayent, et tout le monde donne son avis. «C’est très drôle parce que tout le monde devient juge!» fait remarquer la fana du concept.

 

Et si la pièce va bien à plusieurs filles? la priorité va à celle qui a le moins de vêtements dans sa pile.

 

Au-delà des vêtements

 

Deux fois par an, Julie et ses amies se retrouvent donc pour échanger ce qu’elles ne portent plus, mais également des bijoux, des objets, des vêtements et des accessoires pour leurs enfants. «Parfois, j’arrive avec des vêtements et je repars avec la cocotte de la grand-mère d’une amie», raconte Julie.

 

Les clés du succès

 

Pour que la formule fonctionne, on choisit des vêtements en bon état et de bonne qualité. «L’idéal est de choisir ses pièces en fonction des goûts de ses copines. Il faut aussi faire attention à ne pas avoir plus d’une dizaine d’articles, sinon la soirée devient interminable!» précise l’experte en la matière.

 

Plus qu'un simple courant

 

C’est une tendance de fond basée sur le partage et l’envie de redonner une seconde vie aux vêtements et même aux costumes d’Halloween. Pas étonnant que le concept se soit décliné au travers d’événements, comme le Troc-à-Porter à Québec ou les Swaps de La Gaillarde à Montréal.

 

À la boutique éphémère Éco-costume, initiée par la marque La Parisienne, on peut même trouver des costumes d’Halloween faits de matières recyclées. Surveillez la page Facebook.com/LaParisienne.ca pour connaître les dates de la tournée!

 

Par Sarah Meublat

 

Crédit photo: Shutterstock

On fait le point sur les tendances alimentaires

On fait le point sur les tendances alimentaires

Lundi 17 octobre 2016

 

Devrait-on snober le gluten? Vaut-il la peine de payer quatre fois plus cher pour des tomates bios? L’utilisation du terme «naturel» est-elle un gage de qualité ou une simple tactique marketing? On fait le point sur les tendances de fond qui transforment notre alimentation et promettent de changer le monde, une bouchée à la fois!

 

 

Le biologique

 

Le buzz: Des œufs de poules élevées en liberté, des fruits et légumes biologiques, un filet de saumon sauvage... Des milliers de Québécois choisissent l’alimentation responsable et souhaitent encourager la culture biologique.

 

Les faits: Depuis 2000, les agriculteurs désireux d’offrir des produits alimentaires affichant la mention «biologique» doivent respecter des normes ultrastrictes en plus d’obtenir une accréditation officielle des institutions responsables. N’est pas biologique qui veut! «Si un fruit ou un légume est dit biologique, on peut être certain qu’il ne contient ni pesticides de synthèse ni engrais de synthèse et que ses semences n’étaient pas issues d’OGM, assure Bernard Lavallée.

 

Pour sa part, la viande bio ne contient ni antibiotiques ni hormones de croissance. Les animaux eux-mêmes sont nourris exclusivement d’aliments issus de la culture biologique qui ne contiennent aucune farine animale. Ils ne sont pas non plus entassés dans des bâtiments fermés.»

 

Si l’on sait avec certitude que l’agriculture biologique est plus respectueuse de l’environnement, la science ne nous permet pas encore de conclure que les aliments bios se distinguent sur le plan nutritionnel.

 

Le flou persiste également quant aux dangers potentiels pour la santé de l’utilisation des pesticides de synthèse. «Les fruits et les légumes qui contiennent des traces de pesticides sont toujours bons à manger, assure Bernard Lavallée.

 

La culture biologique est une voie prometteuse, mais il ne faudrait surtout pas basculer dans l’autre extrême et s’empêcher de manger des aliments non biologiques sous prétexte qu’on veut éviter à tout prix les pesticides.»

 

 

Les OGM

 

Le buzz: Il suffit de prononcer ces trois lettres pour provoquer un débat explosif autour de la machine à café! Entre les militants environnementaux, qui ont fait des OGM l’ennemi public n ̊ 1, et les dirigeants d’entreprises comme Bill Gates, qui les voient comme la solution miracle qui réglera le problème de la faim sur la planète, il y a un monde. Et nous dans tout ça? On ne sait plus trop sur quel pied danser.

 

Les faits: Un OGM est un organisme vivant, comme une bactérie, une plante ou un animal, dont le patrimoine génétique a été modifié pour qu’on puisse y ajouter (ou qu’on amplifie) une caractéristique recherchée, comme une résistance accrue aux insectes ou aux maladies, ou encore pour qu’on en retire une caractéristique indésirable.

 

Au Québec, en 2013, 87 % du maïs et 69 % du soya cultivés dans les champs étaient génétiquement modifiés. «C’est un sujet complexe et délicat, consent Bernard Lavallée.

 

On ne peut pas mettre tous les OGM dans le même panier. Chaque modification est différente. Toutefois, je remarque que la majorité des OGM servent actuellement à enrichir l’industrie alimentaire.

 

Je ne suis pas encore convaincu des prétendus bienfaits des OGM, au point de vue de la santé et de l’environnement, que les compagnies avancent.» Notons toutefois que les produits des grandes cultures de canola, de maïs et de soja génétiquement modifiés sont principalement destinés à l’alimentation animale.

 

Selon Extenso, le centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal, on ne trouve actuellement aucun fruit ou légume génétiquement modifié sur nos étals.

 

 

La naturalité

 

Le buzz: Sur les emballages d’un nombre grandissant de produits en épicerie, comme des charcuteries, des jus de fruits, des craquelins et même certaines friandises, on trouve le terme «naturel». Il évoque la simplicité, la pureté, le retour à la terre et aux valeurs ancestrales, etc. Dès qu’on le voit, on s’imagine gambadant dans un champ de marguerites sous un ciel radieux. On s’imagine aussi qu’il garantit en quelque sorte la qualité du produit. Est-ce bien le cas?

 

Les faits: «Le terme naturel ne veut pas dire grand-chose, explique Bernard Lavallée. L’industrie alimentaire l’utilise surtout pour bénéficier d’une aura santé, qui n’est pas toujours en équation avec la réalité.

 

La seule condition (réglementée) pour pouvoir utiliser ce terme, c’est que l’aliment en question n’a pas subi de transformation majeure.

 

Par exemple, on retrouve parfois le terme “naturel” sur des produits de charcuterie pour lesquels on a utilisé des agents de conservation moins chimiques, mais ça ne veut pas dire qu’on peut consommer du jambon sans modération!»

 

 

Le sans gluten (SG)

 

Le buzz: Si les personnes qui sont (vraiment) allergiques au gluten (maladie cœliaque) doivent l’éviter sans exception, on sait également cette protéine boudée par un nombre croissant de détracteurs. En effet, de plus en plus de gens voient dans l’alimentation sans gluten (SG) — régime restrictif s’il en est un — une méthode efficace d’amincissement. De plus, ils disent souvent s’être débarrassés des ballonnements et des coups de fatigue!

 

Victoria Beckham, Gwyneth Paltrow et autres gourous de l’alimentation dite santé chantent les louanges de la diète SG, et les livres ainsi que les émissions de cuisine sur le sujet se multiplient.

 

De plus en plus de grands restaurants surfent également sur cette vague en proposant des plats adaptés SG et les fabricants leur emboîtent le pas en offrant de nouvelles variantes SG de leurs produits. Un gâteau Jos Louis sans gluten, quelqu’un?

 

Les faits: Disons-le tout de suite, moins de 1 % de la population est véritablement intolérante au gluten. Même l’ingestion de petites quantités de cette protéine peut avoir de graves conséquences à long terme pour ces personnes. Pourtant, selon les projections, le marché du «sans gluten» représentera entre 3,5 et 7 milliards de dollars en 2020.

 

Composé de deux protéines qui se retrouvent dans le seigle, le blé, l’orge et le triticale, le gluten permet la structure des produits de boulangerie et de pâtisserie. Il est donc omniprésent dans l’alimentation nord-américaine, ce qui complique son élimination complète.

 

Autre hic? Il n’existe aucune preuve scientifique pour démontrer qu’une diète sans gluten peut être appropriée pour les personnes qui ne sont pas allergiques à cette protéine.

 

Pire, plusieurs produits sans gluten sont de faible valeur nutritive: ils sont souvent pauvres en fibres, en vitamines et en minéraux. Il n’est pas rare qu’un produit avec gluten contienne le double de l’apport en fibres, en plus de coûter jusqu’à quatre fois moins cher que l’alternative sans gluten!

 

Rappelons finalement que seul un médecin peut diagnostiquer l’intolérance au gluten, même si notre belle-sœur jure sur la tête de son bouvier bernois que sa vie est vraiment plus belle depuis qu’elle a adopté ce nouveau régime.

 

 

Par Julie Champagne

 

Crédit photos: Shutterstock

Mode: 10 conseils pour être une fashionista responsable

Mode: 10 conseils pour être une fashionista responsable

Jeudi 13 octobre 2016

 

SAVIEZ-VOUS QUE...

 

1- Le tannage au chrome reste la technique la plus répandue pour traiter le cuir, malgré ses conséquences cancérigènes et environnementales? Conseil d’amie: misez sur le cuir tanné de façon végétale. En plus d’être inoffensif, il est biodégradable.

 

Pochette, Matu, 205$, matumtl.com

 

2- Si vous habitez quelque part entre le Plateau et Villeray à Montréal, vous n’avez plus besoin de vous déplacer pour faire réparer vos vêtements? Morgane Duchêne Ramsay, alias Passe-temps favoris et Couturière Mobile, se déplacera jusqu’à vous en vélo, en compagnie de sa machine à coudre, bien entendu.

 

3- Il est possible de recycler les fibres d’un vêtement en trop mauvais état et d’en faire profiter un organisme? Il suffit de déposer le vêtement dans un bac certifié Certex ou Récupex, qu’on trouve un peu partout au Québec.

 

4- Toute l’information nécessaire pour faire des choix shopping éclairés est au bout de vos doigts? Pour en connaître davantage sur les pratiques des grands détaillants, rendez-vous sur Project Just. La plateforme montre l’impact social et environnemental de plus de 70 chaînes de magasins. Deux autres incontournables pour s’interroger sur l’origine de nos vêtements: le documentaire The True Cost, qui dévoile au grand jour les mauvaises pratiques des marques fast fashion, et Sweatshop Deadly Fashion, une minisérie où des blogueurs découvrent les conditions de travail dans lesquelles leurs fringues sont fabriquées.

 

 

5- Pour rendre vos bas collants plus résistants aux mailles, il suffit de les humidifier et de les laisser toute la nuit au congélo? Un seul passage au congélateur suffit pour que la magie opère.

 

6- les créateurs locaux organisent régulièrement des ventes d'atelier où on peut se procurer des pièces fabriquées ici à une fraction du prix? Abonnez-vous àeur infolettre pour planifier vos prochaines séances de shopping éthique.

 

7- Asos, la e-boutique chouchou des fashionistas, propose chaque saison Asos Africa, une collection conçue et fabriquée au Kenya par des artisans locaux? La section Reclaimed Vintage vaut aussi le détour. On y trouve des jeans Levi’s remixés qui côtoient des pièces fabriquées à partir de tissus recyclés.

 

Robe, Asos Africa, 134$, tailles 2 à 12, asos.com

 

8- L'intervalle, une compagnie montréalaise, propose des chaussures méga lookées, fabriquées en Italie et en Espagne, à des prix totalement abordables? En plus, chaque modèle est produit en quantité limitée. Les chances de rencontrer une fille avec les mêmes souliers aux pieds sont donc quasi nulles.

 

Bottes, L'intervalle, 188$, lintervalleshoes.com

 

9- Sur le site de la MEC, se trouve une section où on peut vendre, acheter et échanger de l'équipement sportif? Comme un marché aux puces en ligne pour les fanas du plein air et de l’activité physique!

 

10- Certaines fibres sont plus vertes que d’autres? Le chanvre, le coton et le lin biologiques, le polyester recyclé, la laine et la soie font généralement partie des fibres écologiques. Aussi, pour remplacer la viscose traditionnelle, on peut opter pour le Tencel® et le Modal®, deux fibres plus écolos.

 

 

Par Joëlle Paquette

10 vêtements coups de coeur de créateurs locaux

10 vêtements coups de coeur de créateurs locaux

Mercredi 28 septembre 2016

Cet automne, les créateurs québécois nous séduisent – une fois de plus – avec leurs nouvelles collections ! On adore les couleurs chaudes, les coupes travaillées et les matières plus robustes. Non seulement les vêtements fabriqués localement reflètent le talent d’ici, mais sont un gage inestimable de qualité. Cette saison, on adopte une nouvelle philosophie vestimentaire et on se tourne vers la mode durable et locale!

 

En plus d’encourager les artisans québécois, on garnit sa garde-robe de pièces coups de cœur que l’on conservera au fil des saisons et qui traverseront les tendances. On se donne bonne conscience parce que l’achat local, c’est aussi encourager une éthique de travail et l’économie du Québec! Être une citoyenne à la fois responsable et fashion ? On dit oui !

 

Pour vous inspirer, on vous a dressé la liste de nos 10 items coups de cœur de la saison !

 

 

T-shirt, Art-A-Porter, 79$, art-a-porter.com

 

On craque pour l’imprimé floral de ce T-shirt! On le porte seul ou encore sous une veste en denim ou un blouson en cuir. Une pièce caméléon qui s’adaptera aux saisons.

 

 

 

Robe, Eve Gravel, 230$, evegravel.com

 

Toute femme devrait avoir dans sa penderie une robe passe-partout. Celle-ci est tout simplement parfaite! Sa couleur kaki traverse les tendances et sa coupe épouse joliment la silhouette. Agencée à des talons hauts pour une soirée chic ou à une veste en jean pour une tenue de tous les jours, elle se prête à toutes les occasions.

 

 

 

Manteau, Frank + Oak, 265$, frankandoak.com

 

Incontournable de la garde-robe automnale, voici un pardessus en laine mélangée. On adore sa couleur, sa longueur et sa coupe classique! Notre coup de cœur de la première collection pour femmes de la boutique Frank + Oak.

 

 

 

Collier, Humanity, 45$, simons.ca

 

Vanessa Pilon a collaboré avec la ligne de bijoux 100 % québécoise Humanity pour créer une collection à son image, tout en style! On adore le choker pour sa forme géométrique et son cordon en suède. Un duo à la fois tendance et sophistiqué.

 

 

 

Chandail, La Montréalaise Atelier, 70$, lamontrealaiseatelier.com

 

Cette saison, le gris foncé est à l’honneur! On vous a déniché une pièce à la fois confortable et tendance. Pour le porter au bureau, on l’agence à une chemise et on se colore les lèvres d’un rouge profond. Et pour le week-end, on le porte avec son jean préféré!

 

 

 

Chandail, Lovan M, 52$ (au lieu de 65$), lovanm.com

 

Coup de cœur pour ce crop top à l’imprimé festif et audacieux! En plus de réunir deux couleurs phares de la saison, le marine et le rouge, il s’agence facilement à un denim, à une jupe ou à un pantalon ample. Un vêtement qui confère aux tenues un style enjoué, on adore!

 

 

 

Chemise, Frank & Oak , 75$, frankandoak.com

 

On adore la polyvalence de cette chemise de la boutique Frank & Oak. Selon notre humeur du jour, on la porte comme une robe et on chausse des bottillons ou bien, on l’agence à un skinny et une veste en cuir. À nous de choisir!

 

 

 

Sac, Matt & Nat, 140$, mattandnat.com

 

Non seulement ce sac à dos est 100 % québécois, mais il est aussi écologique! Les produits Matt & Nat sont conçus à partir de cuir végétalien ou de matériaux recyclés comme le nylon, le caoutchouc et le liège. On craque pour ce modèle à la fois pratique et ultra-chic!

 

 

 

Pantalon, Lovan M, 100$, lovanm.com

 

Pièce clé de la garde-robe automnale, ce pantalon Lovan M est l’idéal des journées fraîches. Aussi confortable qu’élégant, il traversera les modes. Il ne suffit que de l’agencer aux tendances phares du moment !

 

 

 

T-shirt, Mimi Hammer, 25$, mimiandaugust.com

 

S’il y a une pièce clé à avoir dans sa garde-robe, c’est bien un T-shirt blanc. On craque littéralement pour celui de Mimi Hammer au design absolument adorable. Et comme son prix est mini, on ne peut pas dire non !

 

 

Par Catherine Deslongchamps

Beauté: 10 façons d'être responsable

Beauté: 10 façons d'être responsable

Jeudi 22 septembre 2016

Beaucoup de marques mettent sur pied des initiatives ou participent à des projets afin de rendre à la terre ce que nous lui prenons. Nous vous dévoilons donc des actions et des gestes jusqu'à maintenant peu connus du grand public.

 

Photo: L'Occitan en provence

 

1- COSMÉTIQUES ET FONDATION...

 

font bon ménage. Ce concept, L’Occitane en Provence l’a bien compris. Outre le fait de financer la production des ingrédients de base de leur produit et de respecter une charte de bon traitement de l’homme et de la nature, la marque a créé une fondation.

 

Cette dernière soutient l’alphabétisation et l’entrepreneuriat des femmes au Burkina Faso. Ainsi, 900 femmes savent désormais lire et écrire, et 6 000 ont accès à des microcrédits, à des plans d’épargne et à des formations, une initiative soutenue par l’ONG française Entrepreneurs du monde.

 

 

2- NOS AMIS LES BÊTES...

 

seront ravis d’apprendre que de plus en plus de marques arrêtent de tester leurs produits sur les animaux. Un geste qu’on apprécie et qu’on espère voir se multiplier d’année en année.

 

Photo: ACQUA FOR LIFE

 

3- DE L'EAU POUR TOUS...

 

c’est ce qu’Armani souhaite voir se réaliser en travaillant au projet Acqua For Life. Depuis 2011, la marque dirige un programme permettant de donner accès à l’eau potable aux communautés les plus démunies du monde entier.

 

En partenariat avec Green Cross International et l’UNICEF, la marque a déjà réussi son pari en Bolivie, en Chine, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Mexique ainsi qu’au Sénégal.

 

Photo: Getty Images

 

4- L’ART D'INNOVER...

 

n’est pas nouveau pour le groupe Clarins: tant dans ses produits que dans d’autres domaines, la marque croit au futur. La preuve: elle est partenaire d’aventure des Suisses André Borschberg et Bertrand Piccard, tous deux à la tête du projet Solar Impulse, un avion alimenté à l’énergie solaire ayant pour mandat de faire le tour du monde.

 

À noter que Bertrand Piccard était, en 2010, le deuxième lauréat du prix ClarinsMen Environnement pour son implication dans ce projet.

 

Photo: iStock

 

5- ENGAGÉ SUR TOUS LES FRONTS...

 

Yves Rocher respecte la nature, aussi bien dans la fabrication de ses emballages que de ses produits. Son engagement envers la planète lui tient à coeur. Depuis deux ans, la marque a modifié la conception de ses emballages; elle utilise moins de plastique et a d’ailleurs remplacé l’emballage de ses pots par du verre, recyclable à l’infini.

 

Régie par la charte de formulation, Yves Rocher la respecte et lance des gammes préparées à partir d’ingrédients naturels de qualité. La dernière en date? La collection Plaisirs Nature, combinant détente et expérience sensorielle avec la douceur végétale.

 

Tous les produits bain et douche sont biodégradables et l’ensemble de la nouvelle gamme Plaisirs Nature contient plus de 97 % d’ingrédients d’origine naturelle, en plus de présenter un vaste éventail de bienfaits et de senteurs.

 

À noter que, depuis 2007, Yves Rocher s’investit dans Plantons pour la planète, une campagne qui a permis à la marque de planter plus de 60 millions d’arbres à travers la planète. Ce chiffre devrait même s’élever à 100 millions d’ici 2020.

 

Si vous désirez contribuer à cette cause, sachez que l’achat de certains produits le permet.

 

 

6- TRIER SUR LE VOLET...

 

c’est bien ce que fait Beautycounter, qui a pour mission d’offrir à ses consommatrices des produits sûrs. La marque a donc banni plus de 1 500 ingrédients (bien plus que les gouvernements et les règlements cosmétiques n’en demandent).

 

Vous pouvez donc avoir l’esprit tranquille: aucun ingrédient ou produit chimique nocif n’y sera incorporé.

 

Photo: Tata Harper

 

7- ENTIÈREMENT NATUREL...

 

et non toxique, c’est le mandat que relève Tata Harper. Les ingrédients (plantes et épices) sont cultivés à la ferme de la famille Harper, à Julius Kingdom, et les soins sont fabriqués dans un petit labo au Vermont. La marque a pour mission de créer des produits ayant le plus d’éléments actifs et naturels que possible.

 

Le plus? L’entreprise utilise du verre recyclé pour embouteiller les produits et fabrique tout à la ferme, ce qui permet d’éviter une émission trop importante de carbone.

 

 

8- «NOS AMIES LES ABEILLES»...

 

reste un message crucial à faire entendre à la population pour qu’elle comprenne l’importance de la présence des abeilles dans la nature. En effet, il est toujours bon de rappeler que la pollinisation par les insectes contribue au rendement des cultures et que sans elle, un grave problème pourrait se poser.

 

Quand on sait que des marques comme Burt’s Bees prennent soin des abeilles (dans l’arrière-cour d’un apiculteur du Maine) et utilisent le miel pour confectionner des soins beauté naturels, on ne peut que les adorer.

 

 

9- D’HIER À AUJOURD'HUI...

 

et demain encore, The Body Shop agira pour le bien de la planète, afin de préserver la biodiversité et les ressources du globe. Cette mission fait partie de l’ADN de l’entreprise.

 

En effet, en 1976, Anita Roddick, fondatrice de la marque, a décidé de faire du commerce tout en faisant du bien autour d’elle. Enrichir sans exploiter est le but recherché. Aussi, en achetant certains produits, la marque verse directement de l’argent à une cause.

 

Photo: Biotherm

 

10- MISSION BLUE...

 

est pour Biotherm un engagement important visant à protéger les océans. Comment? En créant des zones à protéger, appelées hope spots. On en compte aujourd’hui 59 à travers le monde.

 

Ça sert à quoi? À protéger l’écosystème, la faune et la flore marine. La marque puise, avec respect, dans les ressources naturelles marines pour la création de ses produits.

 

Elle s’assure qu’il s’agit d’un geste responsable en réduisant son empreinte carbone et veille à ce que les algues et micro-organismes ne cessent de proliférer.

 

 

PAR MÉLANIE PÉLICAN

Trousse beauté : 10 indispensables responsables

Trousse beauté : 10 indispensables responsables

Mercredi 14 septembre 2016

 

 

Le duo beauté de l’équipe vous présente tous les produits respectueux du corps et de la planète qu’il aime utiliser. Des essentiels à traîner partout avec vous! 

 

Par Mélanie, Rédactrice en chef et Stéphanie, Chargée de contenu beauté

 

Baume pour les lèvres réparateur teinté à la pulpe de framboise BIO-BEAUTÉ, de Nuxe, 14 $, galeriebeaute.ca  

 

Eye-liner (Noir), de Dr. Hauschka, 30 $, dr.hauschka.com

 

Vernis à ongles (Kiss Kiss, Darling), de Trust Fund Beauty, 22 $, trustfundbeauty.com

Masque instant détox, de Caudalie, 39 $ les 75 ml, caudalie.com

Baume pour les lèvres hydratant (strawberry), de Burt’s Bees, 5 $, burtsbees.ca

Crème nettoyante nourrissante, de Beautycounter, 32 $, beautycounter.com

Crème bb (beige clair), de Couleur Caramel, 35 $ les 30 ml, couleur-caramel.com

Crème solaire teintée FPS 45, de Katrine Marso, 45 $ les 40 ml, katrinemarso.com

Barre de soin purifiante à l’argile d’Ombrie, de Fresh, 49 $, sephora.ca

Mascara soin volumisant, de Zorah biocosmétiques, 25 $, zorahbiocosmetiques.com

 

 

Palmarès: Les tops friperies du Québec

Palmarès: Les tops friperies du Québec

Lundi 12 septembre 2016

Dès qu’on met la main sur une pièce incontournable, on se sent bénie des dieux (du shopping). Voici nos adresses de friperies qui valent le détour !

 

par Sophie Montminy

 

Instagram de Era Vintage

 

Era Vintage

 

Cette boutique est la destination par excellence pour s’offrir un voyage dans le temps. Avec une vaste sélection de vêtements d’époque qui datent des années 20 à 90, on y chine, entre autres, des robes magnifiques qu’on accessoirise avec des bijoux originaux et un sac à main en bon état. Cette boutique d’occasion de haute qualité déborde de pièces uniques. Même les personnalités québécoises et internationales la fréquentent.

 

1001, rue Lenoir, bureau A-514, Montréal facebook.com/eravintagewear

 

 

Friperie Morgane

 

Nichée à Outremont, c’est l’une de ces adresses qu’on aimerait garder secrète pour avoir l’exclusivité sur ses fripes chics à prix réduits. Miu Miu, Burberry, Chanel, Dolce & Gabbana, ce petit bijou huppé renferme une grande variété de griffes renommées pour se relooker sans se ruiner!

 

1308, av. Van Horne, Montréal

 

 

Friperie Maryse Béliveau

 

Pour compléter votre garde-robe avec des vêtements de prêt-à-porter, une visite à la friperie Maryse Béliveau, remplie de pièces originales sélectionnées avec soin par sa propriétaire, est tout indiquée. Elle rivalise avec les friperies les plus courues de Montréal, propose un choix de vêtements usagés à se damner!

 

315, rue des Forges, Trois-Rivières facebook.com/Friperie-Maryse-Béliveau

 

 

Friperie Babelou

 

Bienvenue dans la caverne d’Ali Baba, où trésors et perles rares n’attendent que d’être repérés! Véritable jungle de morceaux funky et punchés, la friperie Babelou est une adresse incontournable du quartier Saint-Roch. On s’y procure des vêtements, des sacs et des souliers qui débordent d’excentrisme. Amateurs de vintage, vous y trouverez chaussure à votre pied!

 

149, rue Saint-Joseph Est, Québec facebook.com/friperielobo.lavida/

Pages

Subscribe to RSS - Le blog de en-mode-responsable